Elle s'appelait Lulu


Bonjour, je suis LULU LA LAMPE la mascotte du Musée du Poitou Protestant. Je vais vous raconter mes origines :

 

Il était une fois il y a très longtemps, une très belle petite lampe, dite “lampe sourde”, c’était ma grand-mère qui s’appelait aussi LULU.

Lulu la lampe lit la Bible

Lulu la lampe sur le Sentier huguenot

Un jour, un enfant accompagné de ses parents à la foire de La Mothe-Saint-Héray, la voit sur l’étal d’un marchand. Il a l’impression que la petite lampe lui parle :

- “Achète-moi !  Je te donnerais de la lumière et tu n’auras plus jamais peur dans le noir”.

 

Le petit garçon demanda à ses parents s'ils pouvaient lui acheter cette drôle de petite lampe. Comme il avait été sage et que c'était bientôt son anniversaire, il méritait un beau cadeau. Ses parents décidèrent donc de lui offrir la petite lampe. Ma grand-mère Lulu arriva alors dans une nouvelle famille et elle fut accrochée à côté des autres lampes de la maison. Elles firent toutes connaissances et beaucoup s’interrogèrent sur sa drôle de forme.


Ma grand-mère Lulu fut un peu étonnée mais elle leur expliqua :

- “quand il fait très noir, je montre mon ventre, je fais alors beaucoup de lumière. Mais quand je sens qu’il y a du danger, je sais me faire discrète, je me retourne et je montre mon dos qui ne laisse passer que très peu de lumière.“

Et c’est de cette façon que dans la réalité ma grand-mère a pu servir et sauver des protestants du Poitou, en éclairant le chemin des assemblées secrètes du “Désert” entre 1685 et 1787.

 

Que d’aventures !!!

C’est pour cela qu’aujourd’hui je prends sa suite pour vous faire découvrir l'histoire protestante du Poitou, qu’elle a bien connu !

Lulu la lampe-aurevoir


La lampe sourde des huguenots

La lampe sourde

Les protestants qui se rendaient aux assemblées secrètes nocturnes étaient des “hors la loi“. Ils prenaient donc de multiples précautions pour ne pas se faire surprendre par les dragons qui les surveillaient de près.

 

Afin de ne pas se faire repérer dans la pénombre, les huguenots utilisaient cette “lampe “sourde”. On comprend par son nom qu’elle était “discrète”. En effet, la lumière fournie par la bougie passait par l’ouverture vitrée de la lampe et éclairait le chemin. Or, en cas de passage “à découvert” ou en cas de bruits suspects qui incitaient à la prudence, les protestants pouvaient retourner la vitre contre eux. Ainsi seuls les petits trous de la paroi diffusait de la lumière, à peine suffisante pour voir où ils marchaient mais efficace pour ne pas se faire repérer de loin.

Il est important de noter que cette lampe n’a pas été inventée par les protestants, car elle était déjà utilisée dans la région.

 

Certains lui donnent aussi le nom de “lanterne des voleurs”… on comprend bien l’intérêt que des voleurs pourraient trouver à rester “discrets”…